Oui, même les chiens peuvent avoir des AVC. Si un quadrupède présente des symptômes suggérant un accident vasculaire cérébral, chaque seconde compte. Vous pouvez découvrir ici ce qui constitue un « accident vasculaire cérébral », comment il est traité et quelles sont les conséquences qu’il peut avoir.

En cas d’accident vasculaire cérébral, l’apport sanguin au cerveau est soudainement interrompu, par exemple en raison d’un vaisseau sanguin endommagé ou d’un caillot. En conséquence, les cellules du cerveau ne sont plus approvisionnées en oxygène et en nutriments en quantité suffisante. En conséquence, les cellules meurent, ce qui peut avoir des effets tels que la paralysie ou des difficultés à marcher.

Les deux types d’AVC

Il existe deux types d’AVC, qui peuvent tous les deux être graves et dont les symptômes sont identiques :

  • AVC ischémique ou infarctus cérébral : il est provoqué par l’obstruction des vaisseaux sanguins par un caillot de sang, par exemple.
  • AVC hémorragique : plus difficile à soigner, il est provoqué par une rupture d’un vaisseau sanguin. Une hémorragie se produit dans le cerveau, qui empêche l’irrigation de ce dernier.

Dans les deux cas, la rapidité de réaction est un facteur qui pourra aider le chien à s’en sortir.

Les causes des AVC chez le chien

Bien qu’un AVC puisse concerner tous les chiens, le chien âgé est plus concerné que les plus jeunes. Les causes possibles de l’AVC sont :

  • Le traumatisme crânien ;
  • La tumeur cérébrale ;
  • L’hypertension artérielle ;
  • Une intoxication.

Détecter les accidents vasculaires cérébraux chez les chiens : symptômes

On reconnaît une attaque chez les chiens principalement à ces symptômes :

  • désorientation soudaine
  • difficulté soudaine à avaler
  • perte d’équilibre, impossibilité de se tenir sur ses pattes
  • mouvements des yeux incontrôlés, accompagnés ou non de convulsions
  • inclinaison de la tête sur un côté
  • vomissements
  • perte de conscience, coma

Si vous constatez que votre chien est couché dans un endroit inhabituel avec du vomi et incapable de se lever, il est probable qu’il ait un accident vasculaire cérébral. Ensuite, il est urgent d’appeler le vétérinaire, car sa survie peut en dépendre.

Les principales mesures de premiers secours

Si vous constatez que votre chien est immobile et inactif, la première chose à faire est de rétablir le contact et le contact visuel et de lui parler. Surtout, ne lui communiquez pas votre anxiété. Parlez-lui doucement, laissez-le vous sentir et lécher votre main. S’il essaie de se lever, aidez-le s’il vous plaît. Appelez immédiatement le vétérinaire : d’une part, il peut vous donner des conseils urgents, d’autre part, préparez votre arrivée et prenez soin du chien de la meilleure façon. Ensuite, observez attentivement l’état du chien.

Attention : temps, posture, équilibre, fièvre, engourdissement, position de la langue, regard, stabilité oculaire, respiration, comportement envers vous, bref, tout ce qui peut être vu. Ces informations peuvent aider le vétérinaire à comprendre l’étendue de l’AVC et à prendre les mesures les plus utiles pour améliorer l’état du chien.

Un chien en période de convalescence a parfois besoin du propriétaire pour l’aider dans ses activités quotidiennes : boire, manger, se lever, se coucher, etc. Son régime alimentaire devra peut-être être modifié. Il peut ne pas être capable de mâcher et le jambon et les coquilles seront plus faciles à avaler. Soyez patient, et soyez affectueux et encourageant avec votre chien : au moins deux d’entre vous traversent cette épreuve !

Comment soigner une attaque chez le chien

Dans un premier temps, le vétérinaire examine votre chien. Pour vérifier les saignements, les caillots sanguins et les inflammations dans le cerveau, il utilise des techniques d’imagerie telles que les rayons X, les scanners ou les IRM. Cela permet au vétérinaire d’exclure ou de confirmer un accident vasculaire cérébral.

Si votre chien a effectivement eu une attaque, les symptômes aigus sont traités en premier lieu. Si votre chien a des convulsions, il recevra un médicament antispasmodique. Un soi-disant antiémétique peut aider contre les nausées et les vomissements, et un sédatif contre la désorientation.

Le traitement à long terme dépend de la cause de l’accident vasculaire cérébral. La cause exacte peut être déterminée grâce aux antécédents médicaux ou à des examens complémentaires tels qu’un test sanguin.

Conséquences d’un accident vasculaire cérébral

Si votre chien a eu une attaque, il peut en résulter une paralysie, des difficultés à marcher, une diminution de la mémoire et de l’incontinence. Votre chien est alors particulièrement dépendant de votre soutien. Il doit sentir que vous l’aimez toujours et que vous vous occupez de lui.

Si les conséquences de l’AVC ne sont pas trop graves, le chien devra suivre son traitement bien sûr mais il lui faudra sans doute aussi un programme de rééducation (massage et kiné pour chien) qui durera plusieurs semaines.

Pendant tout ce temps le chien sera faible et il lui faudra du repos et un accompagnement de chaque instant pour l’aider dans ses gestes les plus courants, comme boire, manger…

En revanche, si l’AVC a laissé des séquelles très importantes et très invalidantes pour le chien, le vétérinaire se verra contraint d’envisager son euthanasie. Ce sera à vous de prendre la décision bien entendu, en sachant qu’au-delà de l’émotion du moment, la vie auprès d’un chien très diminué et handicapé, peut représenter un poids insurmontable avec le temps.

Comment prévenir une attaque chez les chiens ?

Plus votre chien est âgé, plus le risque d’accident vasculaire cérébral est élevé. 

Un mode de vie sain (une alimentation équilibrée, lutter contre l’obésité et maintenir une activité physique quotidienne) peut réduire le risque d’accident vasculaire cérébral. Bien sûr, il n’y a pas de panacée pour prévenir ce grave problème de santé. Cependant, nous pouvons faire de notre mieux en limitant le risque de facteurs qui causent un accident vasculaire cérébral. Il est également recommandé de surveiller la santé de son petit partenaire tout au long de sa vie. Une inspection annuelle est une bonne mesure préventive car elle permet de détecter les problèmes le plus tôt possible. Il est très important d’identifier la pathologie sous-jacente.

Bien sûr, les consultations et les procédures vétérinaires coûtent cher, mais en assurant votre chien auprès d’une compagnie d’assurance maladie animale, vous pouvez obtenir une indemnisation partielle ou totale. C’est la meilleure façon de prendre soin de la santé du chien à moindre coût. Si vous comparez les communautés de santé animale, il est facile de trouver la bonne formule. C’est gratuit et sans engagement.

Faire attention à une possible seconde attaque

Un accident vasculaire cérébral provoque généralement un autre accident vasculaire cérébral. Les accidents vasculaires cérébraux surviennent souvent avec l’âge et se succèdent. Votre chien plus âgé deviendra faible et oubliera de manger et ne pourra plus marcher normalement. Nous devons tout lui apprendre à nouveau ! Pour faciliter la consommation, veuillez fournir des aliments ou des aliments spécialement conçus pour récupérer les chiens qui sont plus faciles à avaler qu’à avaler. S’il n’a toujours pas retrouvé ses forces et son équilibre, aidez-le à bouger. Regardez-le en marchant. Surtout, ne le forcez pas à s’échapper.